La fin du mystère des doigts ridés

Pourquoi nos doigts se rident-ils dans l’eau ?

C’est un phénomène universel, mais dont la véritable cause n’était pas claire. Jusqu’à maintenant, les scientifiques pensaient que c’était l’eau qui pénétrait à travers la peau qui était responsable du plissement des doigts.
Erreur ! Des chercheurs britanniques de l’université de Newcastle viennent de découvrir le mécanisme mis en jeu et ont émis des hypothèses quant à son utilité.
Pourquoi nos doigts se rident-ils dans l’eau ?Les doigts ridés serviraient à saisir les objets mouillés plus aisément. A travers une expérience simple, les chercheurs ont remarqué que les cobayes aux doigts plissés par l’eau attrapaient plus facilement des billes mouillées que les autres.
De façon imagée, les auteurs de l’étude comparent les rides des doigts aux sillons des pneus qui permettent une meilleure adhérence à la route.
Quelle explication scientifique ?Lorsque nous restons trop longtemps immergés dans l’eau, notre système nerveux central envoie un signal qui va aboutir à la contraction des vaisseaux sanguins digitaux. Ces petits vaisseaux vont donc s’affiner, ce qui entraîne le plissement de la peau.
Et pour les scientifiques, si le système nerveux central entre en jeu, ce n’est pas un hasard. Encore une fois, la nature aurait tout prévu et les doigts ridés seraient le résultat d’une évolution adaptative « aidant nos ancêtres à récolter de la nourriture dans des cours d’eau », par exemple.

Source: http://www.santemagazine.fr/actualite-doigts-rides-dans-l-eau-le-mystere-est-leve-48632.html
Source : “Water-induced finger wrinkles improve handling of wet objects”, Kyriacos Kareklas,Biology Letters,8 janvier 2013.

La mine d’infos: le magazine Aliad Formation

Où trouver des conseils… pour conseiller ? Un gros plan sur une marque vraiment « zéro » conservateurs ? Des conseils en aromathérapie ? Des produits et des découvertes étonnantes venus du monde entier ?

Ici, dans le magazine Aliad Formation. Il est gratuit et il est à vous.

Téléchargez-le ici: Emag_Aliad_Formation.pdf

Bestoftwit

Vous n’avez pas de compte Twitter ? Voici le meilleur des brèves publiées par Aliad Formation réuni ici:
Le calcul de l’IMC est-il faux ?
Aspartame: la fin d’une enquête et pas de risques selon l’Europe
Un jean qui fait minceur ?  C’est le pari de Wrangler
Certaines femmes dotées d’un gène particulier n’ ont pas besoin de déodorant…
Peau et stress: pourquoi de telles interactions ?
Vers la fin des conservateurs bio ? Les remplaçants aux parabènes sources de problèmes dermatologiques constatés

Des cosmétiques plein le dressing

Une nouvelle famille de cosmétiques est née proposant une approche inédite du soin : la cosméto-textile ou dermotextile. Peu à peu, cette innovation technologique s’invite non plus dans nos salles de bain mais dans nos dressings.

Greffés sur les fibres des matières textiles, des actifs cosmétiques micro-encapsulés sont libérés de leur enveloppe sous l’action du frottement du tissu contre la peau avant de poursuivre leur chemin au sein des couches cutanées. La gamme des substances pouvant être utilisées semble considérable et permet de viser un éventail de besoins tout aussi impressionnant : hydratation, amincissement, fermeté, fraîcheur, tonus …

Il y quelques années, un nouveau type de sous-vêtements, panty et body, faisait son apparition promettant minceur, fermeté et tonicité aux zones vécues comme étant trop pulpeuses. Si quelques officines ont fait le pari de référencer la gamme, la plupart restaient dubitatives :la technologie était jugée imparfaite et les promesses de résultats tenues pour chimériques.

Le succès dans le réseau de la GMS a facilité l’appropriation de la technologie par le grand public et celui-ci revient à Mixa. Sa gamme.-à petit prix- de shorty imprégnés d’actifs anti-cellulite a été essayée par de nombreuses femmes, attirées par cette culotte surprenante promettant de perdre des centimètres sans efforts.

 

Bientôt, le «total look cosméto-textile»

Portés par l’élan des consommateurs, les innovations se multiplient et les marques ne visent plus seulement nos rondeurs récalcitrantes. Aujourd’hui, il est possible de s’habiller en « total look cosméto-textile » : jeans programme minceur, top façon lait hydratant, bustier anti-fatigue à la vitamine C, chaussettes fraîcheur garanties anti-odeurs, gants nutritifs pour mains sèches…

Certaines idées jugées impossibles ou farfelues il y a encore peu de temps vont à priori bientôt voir le jour : des ceintures de contention boostées aux anti-inflammatoires, des vêtements dopés aux actifs apaisants pour soulager les personnes souffrant d’eczéma ou libérant des senteurs répulsives pour éloigner les moustiques…

L’oreiller qui efface les rides et raffermit la peau

Une fois déshabillés, notre linge de lit est prêt à prendre le relais : les draps traités avec des micro-encapsulations d’huiles essentielles apaisantes faciliteront l’endormissement.

L’oreiller, lui, pourra renforcer (remplacer ?) l’action de votre crème anti-âge. Proposé la société Cupron il est fabriqué avec des micro-encapsulations de cuivre, un actif largement utilisé par les cosmétologues pour son action cicatrisante et régénérante sur les fibres de collagène. Sous la caresse du visage contre l’oreiller, les vésicules éclatent, dispensant le cuivre sur l’épiderme puis dans les profondeurs de la peau pour y dispenser ses bienfaits.

Plusieurs études menées en double aveugle sur 57 à 60 participants pendant 4 et 8 semaines a permis de constater une réduction de la profondeur des rides de 10 % et une amélioration de la fermeté de la peau.

 

Cupron : http://www.cupronsales.com/ Possibilité de télécharger les résumés des études.

D’autres marques : Lytess : www.lytess.com/

Skin Up : www.skin-up.net/

Cosmetic Wear : www.cosmeticwear.com/

Protect derm : www.protecderm.com

Les cosmeto-textiles ou dermotextiles sont réglementés par le BNITH, le Bureau de Normalisation des Industries Textiles et de l’Habillement.

Un soin anti-âge dès le biberon ?

80 % des signes de l’âge sont la conséquence des agressions extérieures, la génétique n’étant responsable que des 20 % restants*.Mais à quel âge doit-on commencer à appliquer des crèmes anti-âge ? Dès 3 mois,répondent certains dermatologues avec malice**. Leur conviction : les soins anti-âge les plus efficaces sont… les  produits de protection solaire. Utilisés quotidiennement, ils protègent des effets délétères cutanés, allant jusqu’à affirmer qu’ils évitent à terme le recours à certains actes de médecine et chirurgie esthétique. Leurs recommandations: il n’est jamais trop tard pour adopter le réflexe SPF, à condition de s’assurer que le produit utilisé affiche bien une double protection contre les rayons: un filtre ou écran anti UVB pour se défendre des brûlures du soleil et des actifs anti UVA pour faire barrage au vieillissement cutané accéléré.

Si les américaines ont depuis longtemps déjà adopté le geste de la protection solaire au petit-déjeuner, certains dermatologues français restent réservés. Oui à la protection solaire mais pas au quotidien, l’application systématique pouvant dans certains cas provoquer une sensibilisation cutanée. Une position qui peut peut être changer, de nouvelles découvertes venant bousculer les certitudes. Longtemps considérés comme peu agressifs, les UVA sont désormais identifiés comme les principaux responsables de l’apparition des marqueurs du vieillissement de la peau: perte de fermeté, d’élasticité, apparition de rides et d’imperfections (lentigo…).

Aujourd’hui, ce sont les Infra-Rouge qui sont mis sur la sellette***. Ils ne seraient plus seulement responsables des sensations de chaleur mais provoqueraient des préjudices sérieux à notre peau. En générant des radicaux libres, certains IR altèreraient les fibres de collagène, d’élastine et autres protéines de structure.Or la majorité des produits anti-solaires actuellement disponibles ne revendiquent d’action que contre les UV. Un nouveau marché en prévision…

 

* Biotherm le rappelle d’ailleurs dans sa dernière pub

** dont Jeffrey Dover, professeur associé à la Yale School of Medicine

*** Étude publiée par le « Journal of Investive Dermatology »

Dentelle et cosmétique

Décalé et délicat, Givenchy a imaginé le premier soin haute couture: un masque de dentelle noire de Calais imprégné d’un soin ultra-liftant.

Il se présente dans un coffret: d’un côté le masque noir,de l’autre le soin. L’effet légèrement occlusif de la dentelle peut aider la peau à mieux profiter du produit. La marque a déjà innové en créant une ligne de cosmétiques aux textures jais. Cette couleur, totalement inhabituelle pour des soins, avait jusqu’à présent été mise à distance par le marketing, redoutant son identité trop marquée et ses connotations sombres. Les consommatrices semblent avoir dépassé leurs craintes. Prix du raffinement: 4 masques, 300 €